• Dimanche 27 octobre 2019

    Oh la, j'ai un peu négliger mon blog ces jours-ci ! Mais je me porte bien, donc, ca va:)

     

    Aujourd'hui, journee des commissions et demain, mon chum et moi allons faire un abri pour notre galerie sur le coté. Nous faisons donc d'une pierre deux coups car on va etre a l'abri du vent et mes sans-abris minous seront en sécurité a l'abri du vent et de la neige. D'ailleurs, j'ai mon petit Dracula qui s'est installé sur une chaise dans mon salon, pas loin de moi. Il pleut beaucoup aujourd'hui et il est tout mouillé. La, il se toilette tranquillement, a la chaleur. Je les aimes tellement ces chats, sans maison. Je ferais beaucoup de choses pour eux.


    4 commentaires

  • 3 commentaires
  • Jeudi, 10 octobre 2019

    Depuis environ 1 semaine et demi, il y a ce qu'on appelle un 'crasheur' qui vient pendant les mix du Vox. Et depuis 2 jours, un deuxieme...Pas de la meme 'famille' mais ils font la meme chose chacun dans leur clan.

    J'en parle parce que je me sens ambivalente. Ambivalente dans le sens ou je sais que ce qu'ils font est vraiment mal MAIS que ce sont aussi des personnes, pas nécessairement mauvaises a 100%. Il y en a un en particulier, avec qui j'ai parler en voice durant 1 heure et demi.

    Ce qui me déboussole? J'ai senti chez cette personne un grand besoin de parler. Comme si cette personne n'avait pas l'occasion souvent de pouvoir parler a quelqun. Je n'ai jamais rencontrer une personne si ouvertement, comment dire ca...Je ne trouve pas le mot, désolée.

    Oui, bien évidemment je ne la croit pas sur parole sur tout, je ne lui fais pas confiance sur tout non plus et oui, je me tiens sur mes gardes car je sais qu'elle peut me faire vraiment chier si elle veux. Et je suis comme tout le monde: je n'ai pas envie que mon ordinateur soit bon pour la poubelle, du jour au lendemain. Je ne connais pas grand chose au monde des hackeurs mais je sais parfaitement ce qu'ils peuvent faire si tu t'en prend a eux.

    C'est peut etre un défaut de ma part qui peux me mettre dans le trouble mais personnellement, je les voit avant tout comme des etres humains. Qui font de mauvaises choses mais surement aussi des choses bien. Personne n'est tout noir ou tout blanc. Alors donc, ambivalence.

    On me dit de les ignorer, on me dit de me méfier, on me dit d'avoir peur d'eux, on me dit de ne pas leur parler. Ils ont une maudite mauvaise réputation et ils ont couru apres d'ailleurs.

    Alors oui, avec Roidra...je prend le risque. Celui la, je l'aime bien. Je ressens un genre de lien affectueux envers celui la. Sa voix, son empressement a parler, a se raconter, ca vient me chercher. Pas au point d'etre aveugle, non. Mais je ressens de l'affection en particulier envers lui, c'est certain. Je prend donc le risque calculée de le laisser approcher sans m'ouvrir completement a lui. De toute facon, on ne doit jamais s'ouvrir completement a quelqun sur un jeu virtuel, tres déconseillé.


    2 commentaires
  • Ecrits du mardi 21 mars 2017

    Bon, je suis contente, j'ai trouvé une facon de faire face a ma terreur des ciseaux et des couteaux. Je leur 'parle' dans ma tete comme si c'était des amies qui me donne juste un coup de main quand j'en ai besoin au lieu de les voir comme des armes. Je sais, ca semble bien ridicule dis de meme, mais ca fonctionne un peu. Mon anxiété a un peu diminuer a la condition que je ne garde pas le ciseau ou le couteau trop longtemps en main. Sinon c'est immanquable, jai des pulsions et des images dans ma tete, de coupures et de suicide. C'est freakant en maudit. J'ai hate a mon rendez vous avec la psy, parce que jai peur en crime detre encore sur le bord de la psychose. J'ai jamais vécu ca moi la ces peurs la si fortes.

     

    Ludo a du partir cet apres midi:( A 3 jours de la fin de therapie. C'est chiant en criss je l'ade Ludo. Mais c'est sa décisions je n'y peux rien du tout.

     

    Dans 3 jours, on s'en va. J'ai pas envie de partir d'ici, j'ai pas vraiment hate et je suis terrifiée de retourner dans notre logement a Eric et a moi. Tout d'un coup que j'arrive pu a vivre la? Tout d'un coup qu'en entrant, tout me reviens en mémoire? J'y survivrai pas. Je ne veux pas me r'appeller. Je veux que ca reste en dedans, dans le neant. Mon Dieu, jamais je ne vais pouvoir vivre avec ca sur la conscience, c'est impossible. Si mes souvenirs reviennent je ne serais pas capable d'y faire face, c'est tout. Et alors je risque de vraiment me suicider au lieu de vivre avec ca sur la conscience.

     

    Probablement que je devrais etre suivie par un psy juste pour ca. Parce que c'est tres loin d'etre réglé ca la. Et encore, mon chum ne ma pas raconter tout dans le détail. Tout ce que je sais pour le moment cest que je lai attaquer avec des ciseaux et des couteaux et que je me suis mutiler a fond. Que jai essayer de me trancher la gorge aussi. Et jai bin pas le choix de le croire, je porte les marques sur mon bras. Donc, ca doit etre vrai. J'ai des brulures, des coupures profondes. C'est douloureux et pas guéris encore. Il faut que je nettoie ca a chaque jours et que je mette de l'ongent dessus et c'est dégueulasse.


    2 commentaires
  • Ecrits du dimanche 19 mars 2017

    Depuis hier j'ai des crises de panique et, a 2 reprises, il m'a passé par la tete  de fortes pulsions de suicide. Je suis terrifiée, mon Dieu! Qu'est-ce qui se passe la? J'ai peur de sortir d'ici et de retourner a la maison. J'ai vraiment vraiment peur, ca ne vas pas du tout.

                                      **************

                                               (Plus tard)

    Bon, pour le moment, ma panique c'est calmé. Par contre, j'ai une peur bleue des ciseaux. Je n'arrive plus a les regarder! Chaque fois que je les regardes, je ressens cette pulsion de suicide.

     

    Je ressens encore un peu d'apprehension face a mon retour a la maison. Surement par manque de confiance de moi envers moi. En fait, c'est de l'alcool dont je devrais avoir peur, pas des ciseaux!!!! C'est l'alcool qui ma emmener la. J'ai hate d'appeller mon amour, dans 10 minutes. J'espere qu'il sera la. J'ai tellement besoin d'entendre sa voix!!!! Je ne lui parlerai pas de la facon dont je me sens depuis quelques jours, de mes pulsions de suicide, je ne veux pas lui faire peur.

     

    Les intervenants ont cacher les ciseaux de ma vie et ne veulent plus que je dessende seule a la cave pour faire mon lavage. Je dois etre avec quelqun, le temps de savoir ce qui m'arrive. De toute facon, je suis incapable de dessendre en bas. Pourquoi ca arrive ca la? Tout allait bien pourtant??!!!


    2 commentaires
  • Vendredi 27 septembre 2019

    Au fil de mes 4 ans sur Second Life, j'ai rencontré seulement 4 personnes avec qui la chimie est tres forte, au dela de nos avatars, et ces personnes la ont le pouvoir de me jouer dans la tete sans meme que je puisse y faire quoi que ce soit. Par chance, ces personnes ne sont pas des gens malfaisants. Ils ont un plus que les autres n'ont pas, ils se démarquent du lot facilement. Pas a cause de leurs avatars, non. Mais bien a cause de ce qu'ils dégagent comme 'vibe' autour d'eux.

     

    A mes début, il y a eu Tiloup7. Le seul a pouvoir m'approcher, en faite. C'était autant un frere qu'un 'pere' si je peux dire ca comme ca. Puis Sam, Mattt, Kattt.

     

    Je me suis réconciliée avec mon Sam sur Sl. Et j'en suis tres heureuse.  En tant que couple, ca a foirée, mais en tant qu'ami, cette personne est précieuse. Parce qu'il a une personnalité hors du commun, dans le bon comme dans le mauvais. J'ai un attachement profond envers lui mais je ne pense pas que ce soit de l'amour. Il ne me laisse pas indifférente, c'est certain mais je ne sais pas trop dans quel sens:)

     

    Mattt, c'est le frere que je n'ai jamais eu dans ma vie réelle. Il a toujours été la, de facon discrete, et je sais que je peux compter sur lui sil y a quoi que ce soit. Il aime son monde et ca se sent. Il prend soin de tout le monde pour que chaqun se sente bien. Pareille pour Kattt qui en fait beaucoup pour tlm et c'est comme une grande soeur sauf que j'ai plus de difficulté a etre proche d'elle. Les femmes en général m'intimide vraiment lol. Mais je l'adore quand meme sans etre capable de le lui montrer tout simplement.

     

    Des gens comme ces 4 la, on en voudrait tout plein autour de nous:) Des gens qui nous font sentir bien, qui ne sont pas malfaisants et en qui on peux faire confiance. C'est rare qu'on en trouve sur un jeu virtuel ou les gens s'amuse a etre tres differents de ce qu'ils sont en réalité.

     


    4 commentaires
  • Ecrits du vendredi 17 mars 2017

    Yeah! Je suis fiere de moi! Aujourd'hui, ca fait 3 semaines que je suis abstinente. J'ai réussi a faire ma 4 et 5 eme étapes et j'en suis tres fiere! J'ai affronter mes peines, mes coleres, mes peurs et je me sens beaucoup plus libre.

     

    J'ai renouer avec ma Puissance Supérieure, mon enfant intérieur et mes émotions. J'ai l'impression d'etre plus forte quoique encore fragile. Je me sens moins seule et isolée aussi, sereine, pour peut-etre la premiere fois de ma vie. De facon plus durable, pas seulement l'espace d'un jour comme a Semence de Vie.

     

    Physiquement, je respire mieux, de facon plus calme et profonde qu'avant. J'ai comme objectifs de cesser de fumer, de prendre soin de moi et des personnes que je cotoie, d'alimenter et d'enrichir mon lien avec Dieu tel que je le concoit. Allez ma jojo, tu es belle maintenant en dedans comme en dehors:)


    3 commentaires
  • La toute premiere fois ou j'ai gouté a de l'alcool, j'avais 15 ans. J'étais immensément timide et complexée. Je me détestais a un point tel que je voulais mourir. Depuis tres longtemps d'ailleurs. Depuis mes 7 ans pour etre exacte.

    Mais cette premiere fois, ma premiere rencontre avec l'alcool m'a tellement semblé miraculeuse. Un coup de foudre total et complet. Un remede miracle, enfin, que je me suis dis. Finit la gene, finit la peur! Et j'y croyais vraiment.

    De 15 ans a environ 34 (mes souvenirs sont flous maintenant desolee), jai consommé par intermittance: trop d'alccol pendant des semaines suivi de quelques années de sobriété pour ensuite avoir une autre periode d'alcoolisation intense. Avec le pillules conchonneries (ativan, valium) le tableau n'était pas beau a voir. Je pouvais mélanger les deux sans probleme, en autant que je sois dans le flou et que je ne ressente plus rien.

    Dépression, diagnostique de trouble de la personnalité limite avec anxiété et trouble panique a 21 ans et médicamentée pour la vie, ca n'arrangeait rien pour moi. Je n'acceptais pas de devoir vivre avec cette maladie. Je pensais que j'étais dans le camp des 'fous', ceux avec une maladie mentale. Pour le restant de mes jours que je souhaitais courts et vite! C'était impesable a mes yeux d'etre 'folle'.

    Quelques tentatives de suicides manquées a travers tout ca, j'ai meme failli perdre ma main droite parce que mon poignet...m'enfin vous voyez le tableau... A 17 ans, ma premiere tentative sérieuse qui ma value des points de suture, un lavage d'estomac et des cicatrices a vie.

    J'étais deja tres instable lorsque j'ai eu ma fille a l'age de 25 ans. J'étais deja malade, en dépression, et ma seule amie venait de se suicider (je n'en ai plus jamais eu d'autres ensuite, je me suis refermée). Mais je ne voyais rien.....

     
    Je ne voyais rien mais je savais que je n'étais pas 'normale'. Je ne me sentais pas normale non plus. Mes émotions étaient trop intenses, j'étais toujours submergées par elles et le seul moyen pour moi de controler cela était les pilules et l'alcool. Quoique controler, c'est vite dis!

    A l'age de 27 ans, j'ai prit une méchante drop. J'étais prete a mourir et a prendre les moyens pour ca. Au point que le papa de ma fille, a du me mettre dehors pour la sécurité de notre puce. En dépression profonde, bourrée de pilules, je suis partie vivre une periode tres noire dans une autre ville. J'y allait pour crever. Alcool, antidépresseur et anxiolitique en plus de commencer a fumer la cigarette et du pot. Je l'ai tu dis? Je suis intense en criss moi. J'y suis aller fort. J'ai tout fais pour crever, y comprit me mettre sur la route devant des gros camions le soir. Sauvée par un ami qui était aussi fucké que moi et avec qui je vivais. Un ami violent. Qui m'a écrasée dans le mur une couple de fois car il pesait 360 livres lui...et qui n'avait pas toute sa tete non plus.

    Periode noire ou je n'étais meme plus consciente de rien. Mes asti de 27 ans (l'année) de marde....Loin de mes parents, de ma fille et seule avec un gars qui me faisais mal. Je courais apres mes claques en plus.J'écoeurais des gars que je ne connaissait pas, je me promenais avec un couteau. J'étais juste pu la.

    Jusqua ce qu'un matin, je me regarde dans un miroir....Et que je rentre en vitesse a la Maison Semence de vie. Trois semaines fermées. Ca m'a aider mais, j'étais sure de ne pas etre alcoolique, que non, j'en avait pas de probleme avec ca, que ca ne me concernait pas. Ca m'a quand meme beaucoup aider je dois dire car j'ai pu travailler ma dépendance aux pilules et ma dépendance affective. Je suis rester sobre des années suite a cette thérapie.


    Puis est venu la descente vers 34 ans. Descente tres subtile et insidieuse. Oh, juste une tite biere pour relaxer avant le souper. Pour m'ouvrir l'appetit, pour me détendre. Une petite biere 7 jours sur 7 cé pas grave non? Y en a qui boivent bien leur coupe de vin chaque soir cé pas dangereux non puisque je ne suis surtout pas une ivrogne!

    Oui parce que, pour moi, une personne alcoolique, c'était une personne comme on voit dans les films, une personne de fond de ruelle, saoule du matin au soir, sale et qui pue genre. Moi je ne buvais jamais avant 4 heures de l'apres midi et jamais le matin donc, pas alcoolo que je me disais.

    Apres 1 an ou deux a ne boire que 1 ou 2 bieres avant le souper 7 jours sur 7, j'ai eu la brillante idee de ceci:

    Je vais boire comme j'en ai envie mais pas a tous les jours. Simonak......

    Oh effectivement jai bu seulement 3-4 fois par semaine...mais ca a vite passer de 3-4 bieres a...8, 9 meme 10 a chaque fois. Je me disais encore et encore que j'étais pas alcoolique puisque je ne buvais pas chaque jours.

    A partir de la, j'ai commencé a vraiment changée mais en tres tres pire. J'étais une petite bonne femme qui aimait les gens meme si jen avait peur mais la, je me suis renfermée en moi-meme au point de ne plus voir les autres comme des humains. Je ne sortais plus sauf pour aller au dépanneur acheter mon six pack. J'avais le body language agressif pour ne pas que les gens m'approche. Je ne les regardais meme pas, ils n'existaient plus et je les voyais tous comme des agresseurs. Pas comme des etres humains. Je ne ressentais plus d'émotions sauf négatives. Mon monde c'est réduit a ca: alcool, fuite, souffrance.

    Quand j'allais dans un tchat virtuel je me défoulais de la pire des maniere: je t'aime pas, je t'attaque verbalement. tu es pas un humain té riennn. Pis je buvais comme un trou, j'étais jamais a jeun en virtuel. L'enfer.

    Cette partie ci est tres dure a raconter, je ne me suis pas encore pardonner. Mais je suis prete a la raconter parce que ca fait partie de ma guérison, de mon rétablissement. (seul mes amis peuvent lire tout ceci mon fb étant fermé publiquement)


    C'est ma 12 eme étape: Ayant connu un réveil spirituel comme résultat de ces étapes, nous avons alors essayé de transmettre ce message à d’autres alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.

    L'alcool ,ce maudit poison, voila ou il m'a emmener....

    J'ai toffé comme ca jusquau maudit soir du jeudi 23 fevrier 2017...mon bas fond, mon VRAI bas fond.

    A peine 3 ou 4 semaines avant j'ai fait ma premiere psychose. Ce soir la j'étais seule a la maison et je m'en suis donné a coeur joie comme on dit. J'en étais, je crois, a ma 8 eme biere losque je me suis senti toute bizarre. Je me r'appelle avoir appellé ma fille pour lui dire de sen venir que je feelais pas bien....Trou noir. Plus rien. Plus de souvenirs. Ma fille et son chum ont du appeller la police et une ambulance. J'ai passer 3 semaines a l'hopital, enfermée et en sevrage. Bcq de pilules qui m'ont laisser dans la brume. Le medecin m'avait parlé mais c'est si flou. Il m'avait dit que je ne pouvais plus boire, que c'était finit, que j'avais une lésion au cerveau du a l'alcool, que c'était dangereux si je rebuvais.... Tout est floue. Aucun souvenir....

    Je suis ressorti de la apres 3-4 semaines.....j'ai attendu quoi, 3 jours? Cette soif qui ne me quittais jamais, cette maudite soif qui te tiens comme seuls les alccoliques connaissent....La cliss de soif qui t,étouffe par en dedans qui te retient qui t'obsede.

    Jeudi soir, on est le 23 fevrier, mon homme est a la maison.
    Je vais boire lentement mon amours que jelui dit, j'ai eu peur je vais en boire 1 ou deux cé tout.... Ouip ca été tout croyez moi.

    J'ai bu 2 bieres, lentement, tres lentement, je suis aller manger mon souper, je suis aller me laver, je me suis mise en pijama.....nous sommes monter regarder la télé.....flou flou flou et cette montée bizarre en dedans, comme un volcan qui brule, c'est mon dernier souvenir.... le volcan qui monte et pouf le noir, plus rien....

    La suite m'a été raconter apres mes 3 semaines de therapie fermée et a tres petites doses par mon chum.....Sinon j'aurai pas pu l'encaisser. Je ne l'encaisse toujours pas.

    Trou noir et profond, plus rien...mais pendant ce temps il semblerait que j'étais en panique, que je disait a mon chum VITE appelle l'ambulance faut que jaille a l'hopital ca va le refaire (la prychose). On a fait ma valise, je suis dessendue les exacliers avec lui. Et dans le salon....

    Il m'a dit que je me suis mise a crier tres fort, des hurlements et des grognement. Que je me suis jeter sur lui, je l'ai mordu au sang. Je me suis brulée le bras avec une cigarette...et je suis aller a la cuisine. Prendre des ciseaux. Me faire mal, lui faire mal aussi physiquement. Je ne raconterais pas les details. Ciseaux et couteaux.

    La police est arrivé et m'ont plaqué au sol. Un policier a du s'assoir sur mes jambes (J'ai un genous scrap maintenant) il etait lourd et ma menottée et je me rappelle la douleur. Comme un flash qui ma ramener pendant une fraction de seconde. Je me rappelle de ca: les couteaux et les ciseaux partout sur le plancher. Trou noir, plus rien.

    J'ai été contentionnée et on ma injecté quelque chose pour m'assommer parce que je me mordais et me tapais la tete sur les barreaux du lit. Je suis rester inconsciente jusquau lendemain vendredi 24. Le jour ou j'ai enfin compris. Mon premier jour d'abstinence.

    Le médecin m'a parler encore une fois mais cette fois la, j'ai vraiment compris le message. Oui je suis alcoolique et oui, je dois me tenir loin de l'alcool en tout temps jusqua la fin de mes jours (que je souhaites loin si possible!!! )

    Je suis sortie de l'hopital pour me rendre direct a la Maison La Margelle. Et cette fois la j'étais prete:) Vraiment prete! Et avec mon intensité habituelle, loll, j'y suis aller a fond, consciente, motivée.

    A ce jour, je n'ai pas retoucher a l'alcool, meme pas une petite goute. Est-ce que ca me manque? Oui bien sur, certains jours sont plus dur que d'autres.

    Sauf que...lorsque tu entend dans un meeting un alcoolique te dire que l'alcool mene a 3 choses: la prison, la folie ou la mort. CROIT le, il a raison. Alcool, drogue, cé la que tu vas te rendre. C'est serieux.

    Est-ce que tu veux vraiment continuer ta vie a 'avoir du fun' au risque de finir en prison, fou ou mort? Penses-y bin. Moi ma décision est prise, j'ai pleinement décidé que ca n'en vaut pas la peine, c'est trop dangereux. C'est comme jouer avec un gun sur la tempe ou il n'y a qu'une seule balle...tu tire, tu tire...tu pogne la balle un jour ou l'autre pis la tu as le choix, tu fais de quoi de grave pis tu rentre en dedans, tu deviens fou ou tu creve.

    Bon 24 heures a vous tous, le 24 heure dont VOUS avez besoin.


    3 commentaires
  • Ecrits du:

    Mardi 14 mars 2017:

     

    Je suis au seuil de commencer ma 4 eme étape. Je me sens prete, motivée, ouverte d'esprit. Nous sommes tous impatients et nerveux, ca se voit, ca se sent. Nous sommes tous porter a faire et dire des conneries pour détendre l'atmosphere, car ce qui s'en vient, sera dur a vivre, tres tres dur.

     

    Je commence a intégrer une nouvelle facon d'etre et de vivre que je n'avais pas avant. Je me sens plus 'en phase' avec ce que je ressens et dans ma facon de penser.

     

    Avec mes deux Puissances Supérieures (mon papa et Dieu), je me sens plus sereine, plus forte, plus solide. Et je souhaite vraiment ne plus jamais revenir en arriere et vivre dans MON PRESENT.

                                           **************

                                                 (plus tard)

    Josiane, ma coloc de chambre est partie ce soir, en pleine tempete de neige, seule, en route vers sa misere. Il est clair qu'elle ne s'en sortira pas. Pis j'en pleure pour elle. J'ai pas été capable de lui tendre la main. J'ai encore trop peur de l'intimité avec une autre personne criss. J'ai pas pu aller vers elle pis parler avec. Et pas juste parce qu'elle dormait tout le temps!

     

    Oui je voulais changer de chambre, oui j'étais bin écoeurée d'arriver dans notre chambre, dans le noir complet pis le termostat a 28 degres, oui je me sentais frustrée et en colere de plus en plus contre elle mais j'ai jamais voulu qu'elle sen aille d'ici!!!!!

     

    On a tous essayer de l'intégré avec nous autres, dans notre groupe. Mais ca n'a pas marché pen toute. Josiane, c'est la planete juste en dehors de la notre. Elle gravitait autour de nous sans jamais approcher pis personne n'a pu l'attraper pis l'emmener vers nous.

     

    Elle a prit sa décision, c'est sa vie et je ne peux rien y faire mais c'est plus fort que moi, j'ai beaucoup de peine ce soir. La journée a été dure et épuisante émotionnellement pour tout le monde. Une 4 eme cé roff en tabarnak. On se promene tous la face a terre, en silence pas mal. On est dans nos bulles a revivrent ce qui nous a fait tellement de mal.


    votre commentaire
  • Vendredi 20 septembre 2019

    Eh boboy, quand je repense aux nombres de fois ou j'aurai pu etre dans le trouble sérieusement, j'en frissonne. C'est pas étonnant que mes pauvres parents ont grisonnés tot!

     

    La toute premiere fois ou j'ai entendu parler d'un certain groupe de motards bien connu au Quebec, j'avais 6 ans a peu pret. Je vivais a Yamaska dans une petite ville, pour ne pas dire un village. Je me r'appelle de l'émoi des gens, de leur peur en sachant qu'il y aurait le passage de ce groupe de bikers dans le village. Les gens étaient terrifiés et se sont enfermés chez eux. Bin pas moi. J'étais curieuse et je voulais savoir c'était qui ces gens si 'épeurant'. Je suis donc rester dehors, sur la pelouse a attendre patiemment de voir ces phénomenes la.

     

    J'ai entendu le vrombissement des motos bien avant de les voir. La j'étais tres intriguée, ca ne faisait pas le meme bruits que les motos de mon pere et de mon oncle. Et la, je les ai vu passer pour traverser le pont. Ohhhhhh le coup de foudre! Je les dévorais des yeux. Leurs motos, leurs habits, leur patchs et ca a été foudroyant. Et le début de mon amour inconditionnel pour les bad boys.

     

    A l'age de 16 ans, mon chum(le pere de ma fille) a commencé a travailler pour eux. Il avait un talent fou pour peindre leur motos. Du coup, je suis entrée enfin dans leur univers. J'ai passé presque 3 mois dans une de leur maison. Une chance que j'étais jeune pis bin bin innocente calvasse.....Moi je voulais prendre des photos de leurs motos, de leurs armes lolllll. Ciboire! Tsé quand t'as toujours été surprotégée pis que tu connais rien au monde. Ils ont été gentils quand meme. Ils m'ont juste averti que j'avais pas le droit de faire ca. Comme dans toute micro-société, y en a des smats pis dautres vraiment pas. Bien évidemment, je ne raconterai pas ce que jai vu ou entendu, ca ne regarde personne. Mais cest pour dire dans quoi jai pu mettre les pieds dans ma vie qui n'était pas 'safe'.

     

    Je me suis deja retrouvé avec un gang de punk penchant white power. J'ai passé la nuit avec eux dans une remise a boire de la biere. J'en connaissais pas un maudit moi la! J'avais 17 ans, je les ai croisés en ville pis je les ai suivi criss. Il ne m'est rien arrivé par chance pis jai eu bin du fun.

     

    A 18 ans, je correspondais avec 2 détenus de la prison de Port-Cartier, sécurité max. Deux meurtriers que je suis aller visiter dans leur prison. J'ai ecris avec eux pendant une couple d'années. Jusqu'a ce qu'ils sortent de prison en fait. un avait tuer sa femme, l'autre a tuer je ne sais plus trop qui.

     

    J'ai deja fait du pouce avec un de mes chums de l'époque et embarquer dans une camionnette pleine de gars que je ne connaissait pas. Calvaire....Il ne m'est rien arriver de mal dans ces situations la pis j'ai eu une Puissance Supérieure a moi-meme qui a bien fait sa job!

     

    Toute petite, je me jetais dans les bras d'hommes parfaitement inconnus, s'ils avaient le malheur d'avoir les cheveux longs. Ils me fascinait completement. J'en voyais un pis je courait vers lui, les bras grand ouverts pis les yeux carrément sortis des orbites d'émerveillement, lollll. Il a fallu a ma mere ou a mon pere beaucoup de patience et de sermonnage pour que j'arrete de faire ca. evidemment j'étais en amour avec un voisin a cheveux longs qui jouait de la guitare sur sa gallerie pendant que jy allait a deux mains dans sa chevelure, le pauvre. Hahah, il aimait ca, donc, c'est bien.

     

    Pour dire quand meme, mes parents ont tellement voulu me protégée de la rudesse de la vie qu'ils ont obtenus l'effet contraire. Moi, quand j'allais a montreal pis que je voyais des gens hors norme a mes yeux, je les regardais carrément. Sans peur. Punk, métalleux, gang de rue, prostitués, sans abris, ethnie en tout genre, envoye que je les devorais du regards. Misere. Tsé quand tu es né dans une petite ville....J'en rie aujourd'hui mais j'en frissonne d'horreur. Et ca, ce sont les souvenirs dont je me souviens. Il y en a dautres...

     

    Me retouver en couple en appartement avec un malade mental severe. J'ai rester avec lui quelques mois je crois. Période floue puisque j'étais malade aussi dans ce temps la.

     

    Aller dans un appartement a Montreal avec des jeunes hommes adultes que je ne connaissaient meme pas. La seule et unique fois ou mon pere a tellement eu peur que, quand il m'a retrouvé, il ma sacrer une claque sur la gueule. J'ai été tellement choquée et humiliée que j'ai compris la lecon et je n'ai plus jamais suivi d'inconnus, en tout cas, pas a Montreal...


    4 commentaires
  • Héhé souvenir:)

    Ecrits du dimanche 12 mars 2017:

    Eh bin, je progresse a vue d'oeil, vraiment! Hier, le theme pour les résidents était 'Le bas-fond' et j'ai été capable de raconter mon bas-fond de cette maudite soirée de jeudi. Je me sentais craintive, nerveuse, incapable de regarder les autres en racontant ce dont je me souvenais. J'avais tres peur de leur jugement. J'avais peur qu'ils ai peur de moi et ne me parle plus. Mais je me suis trompée sur tout.

     

    Apres notre atelier, je me suis garocher dans ma chambre et j'ai pleuré ma vie en tenant ma Céleste, mon toutou chat, dans mes bras. J'étais toute repliée autour d'elle et j'avais physiquement mal de tant de peine et d'incompréhension de ne pas arriver a comprendre pourquoi j'ai failli tuer mon chum et me tuer aussi dans un acces de psychose que je ne comprend pas. Je crois que ca me dépasse completement et je suis terrifiée. Comment jai pu faire ca? Comment jai pu devenir aussi dangereuse? Sans meme m'en rendre compte????

     

    Marylene est venue me voir, m'a parler et m'a soulager d'une partie de ma peine, de ma honte et de ma culpabilité. Je ne m'attendais pas a ca de sa part a elle, mettons. Plus tard, Brigitte, Sébas , Claudette et fanny sont aussi venue me parler. Chacun leur tour. Sans peur. Ce matin, je me sens beaucoup plus légere, j'ai vraiment l'impression d'un gros poids en moins sur mes épaules.

     

    Merci Mon Dieu de m'avoir emmener au bon endroit, avec les gens qu'il faut, merci du fond du coeur mon Pere Céleste.

     

                                                 ***********

                                                (plus tard)

    Seigneur, j'en tremble encore... Mais j'ai réussi a régler ce qui aurait pu dégénéré en gros conflit avec Michel. Et ce, sans le blesser, ni l'attaquer. une chance quon a eu un atelier la dessus sinon je laurait blaster. Je ne sais pas ce qui lui a prit, et lui non plus, mais il a commencé a s'amuser a murmurer mon nom, pas fort, juste assez pour que je l'entende, peu importe ou il se trouvais. Un peu comme si j'entendais des voix tsé, crisss! J'ai pas trouvé ca drole pen toute, deja que jai peur de ma santé mentale, genre, vient pas jouer avec ca maudite marde!. Je lui ai donc parler, seul a seul et je lui ai clairement expliqué que je n'aimais pas ca. Que ca me donnais l'impression qu'il voulait me rendre encore psychotique ou skyzo genre. Il a parfaitement comprit et il s'est exusé. Il dit quil ne sait pas pourquoi il a fait ca Il trouvais ca marrant sans penser a mal. Il a l'air vraiment mal a l'aise pauvre lui. Je ne lui en tiens pas rigueur, je sais qu'on fait tous ce qu'on peut ici.


    votre commentaire
  • Ecrit du:

    Vendredi 10 mars 2017:

    J'étais trop fatiguée pour écrire hier mais aussi tres exitée. Nous avons eu le meeting de la Margelle hier soir et je suis super fiere de moi. Je me suis parker a coté de Jean-Luc, sur le bord de la porte et j'ai accueilli les arrivants!!! Oui oui j'ai réussi a faire ca! Tendre la main et me presenter et leur souhaiter la bienvenue o.0. Je commence a peine a réaliser tout le changemant qui s'opere depuis que je suis ici. Je suis fiere aussi des autres résidents:) Ils sont aller chercher leur porte-clé pour la premiere fois hier. Une vraie maman poule moi la. Je souriais et je pleurais en meme temps, le coeur tout plein de chaleur envers eux. Je suis en train de redevenir humaine sti! J'aurai jamais cru ca possible apres toutes ces années a ne plus ressentir quoi que ce soit envers les autres.

     

    Je ne sais pas ce qui est arrivé quand je suis retombée sur terre a l'hopital apres ma psychose mais ca tient du miracle, c'est certain. Je me r'appelle quand je suis sortie de ma chambre pour aller dans la salle commune et que jai vu tous ces patients, déprimés, en crises psychotiques, completement a terre, en moi, j'ai senti quelque chose. C'est comme si mon coeur c'était tout ouvert en grand envers eux. J'ai réaliser toute l'ampleur des etres humains. Et je les ai aimer. Vraiment aimer. Certains m'ont marquer plus que d'autres. Et lorsque je suis partie de la psychiatrie, jai laisser une rose a chaqun d'eux ainsi qu'au personnel..

     

    Je leur souhaite tellement de guérir, d'aller mieux. C'est difficile de vivre avec une maladie mentale. il y avait beaucoup de bipolaires sur l'étage. Ouffff. Sans parler dex dépressifs que je comprend parfaitement!


    votre commentaire
  • Mon papa

    En faisant mon ménage, j'ai retrouvé cette photo de toi et de moi, papa. T'en souviens tu? Elle date de plus de 20 ans. Une des rares photos ou on te voit rire aux éclats, comme toi seul savait le faire. Mon papounet, tu me manque tellement! Presque 5 ans déja que tu es parti dans un monde doux et calme.
    Je sais que je ne te parle plus aussi souvent qu'au début. La blessure de ton absence est toujours aussi forte. J'espere sincerement que tu es fier de moi maintenant. Je fais au mieux a chaque jour.
    Je suis désolée pour tout ce que je t'ai fait vivre, a toi, a maman et a ma soeur. Je regrette chaque moment ou tu as du venir me chercher la nuit quand j'étais en crise. Chaque moment ou je ne vous ai pas inviter a souper comme tu aurais aimer que je le fasse. Chaque moment ou je t'ai empecher de dormir parce que trop inquiet pour moi.
    Je voudrais effacer ces moments la mais je ne peux pas et je ne peux que te demander pardon. Pardon d'avoir été la fille que j'ai été avec ma maladie et mon alcoolisme. Pardon de n'avoir pas pu etre a la hauteur.
    Je t'aime tellement, tu me manques tellement.


    votre commentaire
  • En mode soumission. Je ne déteste pas laisser le controle a quelqun en qui jai confiance:)

    Brouno est un bon ami que jai rencontré il y a environ 2 mois. C'est un homme charmant, le contraire de la plupart des hommes que j'ai rencontré sur SL.  Avec lui, il y a beaucoup de respect et de douceur. Ce n'est pas le genre d'homme qui m'attire a premiere vu car je suis attiré vers les bad boy en general. Sauf que Brouno, il arrive a me faire sentir appréciée, femme, et j'ai envie de lui faire plaisir en retour. Pas juste niveau sexuel. Je ressens envers lui, une affection comment dire...douce, je crois. Ce n'est pas un coup de foudre, ce nest pas la passion débridée que jai pu connaitre avec Sam. Je sais que mon affection est partagée, je sens aussi qu'il m'aime bien mais le tout sans pression. On apprend a se connaitre et tout ca, dans le calme.

    Il est un peu comme moi dans son reel. Il est en couple depuis plusieurs années mais sa femme a de gros problemes de santé et ils ne font plus rien ensemble. C'est triste mais c'est comme ca. Je suis aussi en couple reel mais jai la permission de mon chum pour avoir une aventure virtuelle. Alors pourquoi pas?Il n'y aura jamais de cam, jamais de coup de téléphone, ni rien qui intervient dans notre vie de couple a chaqun. Sauf qu'on vient chercher sur Sl ce qui nous fait défaut en rl.

     

    Les premieres années en virtuel jetais contre l'idee meme. Je croyais que ce serait tromper mon chum. Mais non, pas vraiment. Je dirais plutot que ca 'complete' un peu la relation. Je ne sais pas trop comment expliqué ca. Je sais juste que ca n'interfere pas dans ma vie réelle. Et cela est important.

    RLV power


    votre commentaire
  • Décidément

    Décidément vaut mieux ne jamais faire confiance et encore meme s'attacher aux gens, les gens sont faux et frustrants. C'est ca qui arrive quand on ose trop se condier a quelqun en qui on avait confiance. Pis la, en ce moment meme, ca me prend toute mon énergie pour ne pas aller au dépanneur acheter une foutue biere. Juste parce que j'ai de la peine. que je me sens rejetée et que ca me fais mal. Je me sens tres déprimée et en colere.


    5 commentaires
  • Alors voila, je suis une femme de 48 ans, Quebecoise et en rétablissement de l'alcoolisme.

    Je me sens un peu nerveuse car il y a longtemps que je n'ai pas ecrit et il est temps que je m'y mette!

    J'ai suivi une thérapie fermée en mars 2017 ou on nous a fortement conseillé de tenir un journal pour garder notre sérénité le plus possible. Je ne l'avais pas encore fait jusqu'ici, je ne sais trop pourquoi....

    Pourtant, j'en ai bien besoin si je veux rester stable émotionnellement.

    Je suis diagnostiquer personnalité limite avec trouble anxieux et je suis médicamentée a vie.

    Je suis née dans une bonne famille dans le sens ou elle n'était pas trop dysfonctionnelle. Pas de violence physique, pas de hurlement, pas de garochage de vaisselle. Je suis la fille ainée et j'étais voulu par mes deux parents. Mais, pour une raison ou une autre, j'étais la fille de mon pere, pas de ma mere. Dans le sens ou je l'ai repousser depuis le début, ma maman. Pourquoi? Je n'en sais rien. Pas d'affinité il faut croire. Cela dit, a ma connaissance, ca se passait plutot bien quand meme.

    J'étais la premiere et j'étais toute petite, trop pour mon age. J'ai donc été surprotégée. Ma soeur est arrivé 4 ans plus tard. Elle était malade et avait besoin de beaucoup de soins a l'hopital. Mes parents ont du me délaisser beaucoup pour s'occuper d'elle et j'ai prit ca comme un abandon de leur part. Je n'avais que 4 ans.

    J'ai encore des souvenirs de ces années la:) Notre appartement, la roche décorative a coté de notre bloc appartement, le bois devant, ma classe de maternelle que j'ai adoré. J'y ai été tres heureuse. J'avais mes amis, mon univers, mes animaux (tout ce qui avait le malheur de passer devant notre porte, grenouille, chenille, chat)

    J'avais une jolie chambre rose et plein de toutous en peluche dont un canard tres laid semble t-il:) Mon préféré d'apres mes parents hihihi.

    Bien que ma vie soit parcourue de bons moments, il s'est passé quelque chose en moi quelque part autour de mes 6 ans. Quelque chose que je ne comprend pas, que je ne m'explique pas. J'étais une petite fille rieuse, pleine d'entrain, pleine de vie et de reves. J'aimais la vie et les gens....sauf ma mere peut-etre.

    Ma mémoire a long terme n'a pas été affectée par mes deux psychoses(du a l'alcool) et mes premiers souvenirs datent de lorsque j'avais 4 ans:)

    En général, de bons souvenirs. Je me suis toujours demander pourquoi je ne suis pas normale, pourquoi toutes ces réactions si disproporsionnés étant donné les circonstances. Je ne comprend pas ce qui a mal tourné chez moi. C'est un mystere.

    Mon développement affectif c'est mal passé. Je ne sais meme pas par ou commencer.

    Il y a eu ce moment quand j'avais 4 ans, un souvenir pénible qui a changé ma facon de voir la sexualité. J'étais dehors tout pret de ma grosse roche (j'étais si petite que je ne pouvais pas grimper dessus) et il y a ce voisin qui vient me voir avec sa gomme a la main. Je lui ai demander si je pouvais en avoir une moi aussi et il m'a dit oui. A la condition qu'il puisse me toucher entre les jambes. J'étais étendue dans le gason et il a mis sa main directement dans ma culotte et il a touché. Il a entré un doigt meme.

    Sentiment de honte, peut-etre aussi de peur je crois.

    Je suis aller raconter ca a ma mere. Qui m'a traiter de menteuse. Je ne sais pas ce qu'elle m'a dit d'autre aussi mais depuis, j'ai ce fort sentiment de honte d'etre une fille. Comme si, avoir un vagin, c'était mal et pas bien et sale. J'ai toujours trainé ce sentiment avec moi et ca a 'scrapper' mon cheminement sexuel normal chez un etre humain. Ce moment qui semble si anodin m'a marqué au fer rouge, peut-etre justement, a cause de la réaction de ma mere. Je l'ai eu la gomme, mon journal, mais elle avait le gout de la honte.


    votre commentaire
  • Bon, la j'avoue que les bouffées de chaleur, c'est littéralement INSUPPORTABLE! Mais pourquoi ca existe cette torture de marde? Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu pour mérité ca? Bon bon, il semblerais que boire 1 litre et demi d'eau par jour, aide beaucoup. Et ca évite la désidratation. Alors je commence ca aujourd'hui. Des fois que ca aiderais! C'est vrai que je ne bois meme pas l'équivalent de 2 verres d'eau par jour, ca ne doit pas etre bon.

    Aujourd'hui, mon chum ne travaille pas, on est supposé prendre ca relax étant donné que nos commissions sont faites.  Hier soir, il a décidé de repeindre les portes d'armoires de la cuisine. Ca a fait vraiment du bien. Ce soir il y a les Alouettes de montreal qui joue a la télé, du coup, j'irai faire un tour au mix du Vox, entendre la nouvelle DJ. J'adore aller la bas:)

    Rien de nouveau sous le soleil. Mon moral est plutot bon en ce moment, ce que j'apprécie vraiment.

    votre commentaire
  • Ecrits du mercredi 8 mars 2017:

    Lever du corps terrestre a 6:20. J'ai super hate a notre premier atelier de la journee. Je commence a m'attacher aux personnes du groupe, certains plus que d'autres. Ca me fait bizarre de voir que je peux ressentir de l'attachement et de l'empathie pour d'autres etres humains. Ca faisait si longtemps que je m'étais fermée.

    J'apprend ici a les découvrir et a m'apercevoir qu'ils ne sont pas des ennemis. Aucun d'eux ne vient de Sorel, ils n'ont donc pas la mentalité des gens du coin. Ils sont sympa et facile a aimer, et surtout, ils sont si vulnérables! Est-ce que j'ai l'air aussi 'a terre' qu'eux? Oui, probablement. Les premiers jours ici, on les passe a dormir énormément. Entre deux ateliers, on va se coucher, histoire de récupéré. Mais certains ne se levent pas pour venir a un atelier car ils sont trop vidés. C'est dur a voir.

    Comment c'est possible qu'on se soit fait du mal a ce point, sans jamais s'en rendre compte?

    votre commentaire

  • Pas de corps et mon cerveau dans la bouche, ca allait bien !

    votre commentaire
  • Ouf je rush a soir. Je ne sais pas si c'est a cause de ma fete qui approche, ou si c'est juste mon humeur de merde, mais, je me sens triste. Mon chat Ti-poil me manque. Et je suis en train d'essayer de m'éloigner d'une personne sur SL. Je me protege comme je peux. J'ai envie de pleurer mais je ne sais pas encore trop pour quels raisons. Plusieurs, sans doute.
    J'ai réalisé hier que cette personne est ce que l'alcool était pour moi dans le temps. C'est pas de l'amour ca. Cette attirance que je pensais avoir, je pense que ca me fait le meme effet que quand je buvais. Je ne sais pas trop comment exprimer ca avec des mots. La dépendance prend toute sorte de forme qui me dépasse.
    Et j'ai mal a mon coeur, tout simplement. Peut importe la raison, j'ai juste mal en ce moment. Et je n'arrive pas a pleurer. Il y a longtemps que j'ai de la difficulté a laisser sortir mon mal.

    votre commentaire
  • Ah mais je pete le feu ce matin :) Meme si jai mal dormi évidemment lolllll.

    Hier soir, j'ai pu prendre un de mes oiseaux dans ma main. C'est la deuxieme fois que ca arrive. En volant, il arrive qu'un oiseau se froisse une aile. Dans ce temps la, il se tient en boule dans le fond de la cage. Ca fait peine a voir! Délicatement, jai présenter mon doigt et il a embarquer dessus. J'ai ouvert ma main un peu et il s'est installer sur mes doigts et c'est endormi la. J'ai pu le caresser doucement avec un pouce en lui parlant doucement. Mon coeur était tout gonflé de cette chaleur si intense faite de bonheur et d'émerveillement devant une si petite créature de Dieu. 

    J'ai laisser ma main dans la cage au moins 10 minutes. J'avais mal au bras mais ca en valait largement la peine!!!!!

    Merci ma Puissance Supérieure pour ce moment magique de vie. J'en suis vraiment reconnaissante!


    votre commentaire
  • Bien que ce soit une vie virtuelle, il arrive qu'on y rencontre des gens vraiment bien. Il arrive meme qu'on s'attache a certaines de ces personnes lorsqu'on apprend a les connaitres. Je n'ai jamais vraiment cru a l'amour sur SL. Comment peut-on aimer une personne qu'on n'a jamais vu aller dans sa vie réelle? Il est vraie qu'en virtuel, on idéalise les autres comme on veut qu'elles soient... En tout cas, c'est mon cas, la plupart du temps. On ne voit pas les defauts de ceux qu'on cotoient puisqu'on ne les connait jamais vraiment.

    Mais il arrive qu'on tombe sur des gens vraiment bien. Ceux qui se laisse découvrir telles qu'elles sont vraiment. Celles qui font du bien a l'ame et sur qui tu peux compter vraiment. et elles sont rares!!!! Je n'en ai pas rencontrer bcq en 4 ans de fréquentations sur ce jeu la. Vraiment pas beaucoup! En fait vite de meme j'en voit 4. Il y a eu Tiloup7, il y a longtemps, maintenant il y a Kattt et Mattt et Brouno.


    5 commentaires
  • Si seulement la vie serait faite autrement,
    Je serai dans tes bras si souvent,
    J'ai mal a mon ame,
    De t'aimer de tout mon coeur de femme.....

    Oui je plaide coupable de ce sentiment,
    Qui ne devrait pas etre en ce moment,
    Je me sens si déchirée mais si comblée a la fois,
    Si vivante que ma vie me semble en soie.

    Je me sens partagée et déchirée,
    Mais je me sens aussi si bien a t'imaginer,
    La bas, ou tu es, au loin,
    Que Dieu m'en soit témoin.... 

    Je me love entre tes bras, regardant ton visage,
    Dont les traits sont gravés a jamais comme un mirage,
    Je caresse ta peau si douce du bout des doigts,
    Me laissant énivrer par ton odeur qui ne sera jamais a moi.....


     


     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires